top of page

LA MORT DE YESHUA EST-ELLE UN ÉCHEC?

Dernière mise à jour : 13 juil. 2023

J'ai lu quelque part que la mort de Yeshua était un accident non prévu par Dieu, comme j'ai entendu un jour d'un éminent personnage que la mort de Yeshua était un échec!

Je vais par ces quelques lignes nous aider les uns et les autres.

La tradition orale d'Israël nous apprend qu'il y a deux messies, l'un étant "fils de Joseph" et l'autre étant "fils de David". Le premier cité a pour particularité de souffrir et d'être retiré de la scène et le second, quant à lui, a la particularité d'être vainqueur et d'établir le règne messianique sur terre.

Il faut donc avoir la connaissance de cette approche présente dans la tradition d'Israël pour comprendre le parcours de Yeshua Ha Mashiach.


Matthieu 15,6:

Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition.


Cette tradition a pris le dessus au milieu du peuple depuis qu'Esdras l'a érigée comme référentiel national depuis le retour de Babylone. C'est la génération des Tannaïm (les spécialistes de la tradition orale) qui s'établit et à laquelle Yeshua fait face.


Matthieu 16,21-23:

Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu'il fallait qu'il aille à Jérusalem, qu'il souffre beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu'il soit mis à mort, et qu'il ressuscite le troisième jour. Pierre, l'ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit: À Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t'arrivera pas. Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! tu m'es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes.


Ici, nous comprenons clairement que les souffrances de Yeshua ne sont pas un accident de l'histoire, ni un échec de sa mission, car elles sont directement liées à sa résurrection. Dire que sa mort est un accident qui ne devait pas arriver, implique que sa résurrection l'est aussi, et cela est très grave.


1 Corinthiens 15,17:

Et si Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés.


Ceux qui ont composé les textes évangéliques n'ont pas écrit tels des ignorants. Nous découvrons que Yeshua est appelé "fils de Joseph" (Luc 4,22 et Jean 1,45) ET qu'Il est aussi appelé "fils de David" (Matthieu 9,27 et 21,9).

En fait ils réunissent la geste des deux "messies" en UN car c'est de cela qu'il s'agit en réalité.


Luc 24,25-27:

Alors Jésus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu'on dit les prophètes! NE FALLAIT- IL PAS QUE LE CHRIST SOUFFRE CES CHOSES ET QU'IL ENTRE DANS SA GLOIRE? Et commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les écritures ce qui le concernait.


En fait, c'est de cela dont il s'agit depuis toujours. La sagesse primordiale elle-même l'enseigne dans différents mythes tel celui d'Osiris, le grain de blé qui tombe en terre et qui féconde la terre d'Égypte.

Et Yeshua le dit aussi dans Jean 12,24:

En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit.


Sa mort n'est pas un accident, mais plutôt le plan divin par excellence car il fallait que la résurrection soit manifestée.


Psaumes 126,5-6:

Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d'allégresse. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes. Genèse 8,22:

Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l'été et l'hiver, le jour et la nuit ne cesseront point. À travers cette idée des deux messies, l'un souffrant et l'autre victorieux, se cache en fait les deux périodes de la vie de l'appelé de Dieu que sont les semailles et la moisson etc.


Actes 14,22:

Fortifiant l'esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c'est par beaucoup de tribulations qu'il nous faut entrer dans le royaume de Dieu.


LA SOUFFRANCE EST LA PORTE POUR LA GLOIRE


Paul dit dans Philippiens 3,10-11:

Ainsi je connaîtrai Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d'entre les morts.


Lorsque vous prenez le pain brisé de la Sainte cène, vous prenez la part de "ses" souffrances nécessaire à vous introduire dans votre part de joie que vous annonce la coupe de vin.


PAS DE SEMAILLES, PAS DE MOISSON! PAS DE SOUFFRANCE, PAS DE GLOIRE!


Voilà pourquoi Paul dit dans Romains 8,18:

J'estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous.

2 Timothée 2,11-12:

Cette parole est certaine: Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui; si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui; SI NOUS LE RENIONS, LUI AUSSI NOUS RENIERA.


En Christ, c'est ce principe qui prédomine: la souffrance et la gloire. Si vous ne souffrez pas pour une chose, c'est que quelqu'un a souffert pour vous, et c'est la raison pour laquelle vous lui serez toujours redevables.


2 Corinthiens 5,14-15:

Car l'amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts; et qu'il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux.


Vous devez, à un moment donné, "mépriser l'ignominie", "dépasser le seuil de souffrance" et entrer dans votre gloire, car n'oubliez pas "FRAPPEZ ET L'ON VOUS OUVRIRA".

Matthieu 20,21-22:

Il lui dit: Que veux-tu? Ordonne, lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans ton royaume, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche. Jésus répondit: Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez vous boire la coupe que je dois boire?


Là où vous trouvez de l'eau, c'est parce qu'un puits y a été creusé... au prix de souffrances!


2 Corinthiens 4,8-12:

Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l'extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous.


Ainsi donc: "Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra." (1 Pierre 4,13)

TOUT EST POSSIBLE À CELUI QUI CROIT, seulement, es-tu prêt à frapper à la porte de la souffrance jusqu'à ce qu'elle s'ouvre pour toi sur le pays de ton attente? CAR TOUT A UN POIDS, TOUT A UN PRIX!


Je finis ici, Hébreux 12,2:

Ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection ; en échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu.


Un disciple de Yeshua se charge de sa croix, de ses souffrances, le suit, méprise l'ignominie et finira sur le trône.

C'est le Chemin des grands, le seul et unique!

Bonne méditation!

Posts récents

Voir tout
bottom of page